Logo du site

Webcam - Pic du midi

Webcam pic du midi

Le Bugatet....enfin.... et par la face Nord Ouest

Cela faisait plusieurs années que je souhaitais faire ce sommet en ski-alpinisme.

Plusieurs fois inscrit au programme, j’avais du y renoncer en raison de la météo et en 2013, j’y ai fait une tentative infructueuse, butant sur une arête peu difficile mais en rocher pourri et avec un profil assez expo ( http://www.brunoserraz.fr/skialpinisme/Bugatet/index.html )

Cette année, nouvelle tentative pour ce WE du 1er mai avec l’espoir de passer par l’arête Ouest.

Pour ce faire, nous prenons deux cordes de 30 m et un peu de matériel d’amarrage. Jeudi, je préviens quand même mes comparses que l’on va chausser les crampons et bien solliciter le piolet, que l’on fera peut être un peu de mixte mais que cela ne dépassera jamais le I sup, II.(I une main obligatoire pour progresser, II, les deux mains sont nécessaires mais inutile de tirer dessus)


Bref, nous voilà partis ce samedi. Arrivée au parking de l’Oule , la route est barrée et il nous faudra porter les skis une bonne demi-heure avant de chausser au niveau du Lac d’Orédon.  La poursuite de la « course » se déroule sans encombres jusqu’à ce que l’on aperçoive enfin le Bugatet et sa face nord Ouest qui semble suffisamment enneigée pour tenter quelque chose….. Et plus on s’approche, plus le champs du possible s’élargit, se précise.

Arrivé au pied de la face, on tente l’aventure en emportant bien nos deux cordes et une demi douzaine d’amarrages.

La sous couche de neige est ferme mais pas trop dure avec une petite couche de neige fraiche de 10 cm tombée jeudi après midi.

Il fait encore froid et le soleil n’éclaire la face que depuis une ou deux heures. Bref, les conditions semblent réunies. Nous partons donc dans ce couloir que nous traversons rapidement pour éviter d’éventuelles coulées, rejoignions une arête assez élégante puis une rampe de glace - neige pas trop expo mais déjà assez raide. Rémy, peu habitué à ce type d’itinéraire doit s’arrêter et nous attendre en sécurité sur l’extrémité d’un petit éperon. Nous continuons. Je me pose la question de l’encordement ou même de placer des relais mais tout le monde avance d’un bon pas. La pente raidi encore et surtout, ça devient un peu expo.

A la descente, il faudra équiper les parties les plus expo car une glissade serait … problématique. Aux deux tiers de la face, Marie a une petite hypo et préfère se réserver pour la descente. Elle reste bien en sécurité sur une plateforme. Nous continuons vers le sommet que nous atteindrons sans difficulté. Néanmoins, le foehn s’est levé et le soleil tape. Nous passons plus de temps que prévu au sommet et dès le début de la descente, je vois que la neige fraiche s’est transformée.  Cyril demande à s’encorder. Augustin s’en charge avec un encordement très court à 3 m. Idem pour Wiliam qui n’est pas très rassuré. Je l’encorde lui aussi à deux mètres, pas plus, pour bien le tenir. Claudine qui n’a pas besoin d’encordement pare de petites glissades sans conséquences qui sont néanmoins autant de signaux d’alerte sur la perte de cohésion de la neige. De plus, elle n’a pas d’antibot à ses crampons. Il est de fait préférable de passer par le terrain mixte (rocher + neige) qui ne présente pas de difficulté mais que l’on doit pratiquer en crampons. Marie s’insère avec Claudine entre les deux cordées qui progressent de concert et très serrées pour ne pas « s’envoyer » de pierre. Plus on descend, plus la pente devient raide et expo.Il y a en effet, vers le bas de la face une barre rocheuse de 20 à 30 m peu sympathique. Passer par la neige présente trop de risques de départ ou de glissade. J’avise donc un beau béquet, installe un double amarrage sur sangle, et je mouline tout le monde sur 30m jusqu’à un petit ressaut.

Ca prend un peu de temps mais la sécurité est bien en place. Je les rejoint sans assurage puis installe un second relais, re-mouline le groupe et nous voilà tous en bas de la partie rocheuse. Reste à rejoindre la petite arête, Rémy et descendre rapidement le couloir jusqu’aux skis…

Ensuite, place au ski en neige de printemps avec ici et là quelques veines de neige fraiche bien agréable. Nous serons rapidement à la voiture puis à Ancizan ou nous fêtrons jusqu’à 20 h cette belle ascension qui nous a permis de réviser (découvrir pour certain) la progression en mixte sur terrain facile… mais un peu expo quand même.

Les photos http://www.brunoserraz.fr/skialpinisme/Bugatet2017/index.html

Les commentaires sont à droite