Logo du site

Webcam - Pic du midi

Webcam pic du midi

trail au pic de Barossa

Nous étions 4, jeudi soir, à être motivés pour aller galoper en altitude du côté du pic de Barrosa, à partir de l'entrée française du tunnel de Bielsa : Vincent, un habitué, mais mais qui n'avait pas couru depuis un moment ; Emmanuel, qui avait pris part au trail au col de Roumazet, au départ du lac de Soulcem, il y a deux semaines ; enfin Brunilde, nouvelle venue au Club, mais avec déjà une bonne expérience du trail en montagne.

La fraîcheur (4°) nous cueille "à froid" en sortant de la voiture, et c'est couverts que nous nous élevons vers le pic de l'Aiguillette, jusqu'à ce que nous soyons réchauffés par l'effort et les rayons du soleil. Nous découvrons alors la vallée de la Géla, le pic de Barrosa, et le pic de Port Vieux, notre prochain objectif. Nous traversons d'abord en balcon la face ouest de l'Aiguillette. Un izard dévale la pente derrière nous ; nous envions sa vitesse et sa dextérité !

Du port Vieux, point de passage entre France et Espagne, nous montons par une étroit et aérien sentier vers le pic éponyme, d'où nous découvrons en entier la formidable muraille de Barroude, du Gerbats à la Munia et au-delà. Nous poursuivons vers le sommet de Barrosa, dans un secteur lunaire où le sol est composé de fin gravier couleur rouille. Ce sera notre point le plus haut ce jour, à 2746 m.

Nous dévalons alors vers le plateau et les lacs de Barroude, que nous atteignons bientôt. Chacun se trempe les jambes dans le lac ; le froid de l'eau est saisissant. Néanmoins, après 2 approches, je parviens à faire quelques brasses dans cette eau revigorante !

Nous passons ensuite devant les restes calcinés du refuge de Barroude, détruit par un incendie il y a deux ans, si ma mémoire est bonne. Durant toute la traversée du plateau, nous sommes dominés par la muraille de Barroude, dont le calcaire mêlé de quartzite (dixit Vincent) la rend friable, ce qui explique les volumineux pierriers à sa base. Nous ne saurions rentrer sans avoir fait un détour au port de Chermentas, propriété de notre ami Laurent Mauzaize, qui y mènera une collective à skis dès le mois de décembre (scoop !). Nous y conversons avec un solitaire parti de Collioures, et qui compte bien achever la traversée des Pyrénées par le HRP.

Nous rejoignons le vallon de la Géla, hors sentiers, où le contraste avec le monde minéral d'où nous venons est frappant : large vallée, prairies, paisible rivière, vaches à l'estive, marmottes. Nous avons déjà cumulé environ 1500 m de dénivelé, et ce n'est pas fini... 

Le plein d'eau, et nous remontons, sous un lourd soleil, vers le port Vieux. Brunilde démontre là toutes ses (grandes) qualités de traileuse ; on dirait que, plus le temps, les kilomètres et les dénivelés se cumulent, et mieux elle avance !  Du port, il faut encore remonter vers l'Aiguillette, traverser, et c'est enfin la descente vers le tunnel de Bielsa.

A cinquante mètres du parking, une violente crampe me saisit le mollet.. Je sens les fibres musculaires à la limite de la rupture, c'est affreusement douloureux.. Je fins en boîtant les derniers mètres...

Le réconfort du pique-nique à la voiture, et un arrêt à l'incontournable auberge du Néouvielle achèvent cette journée. La montre magique d'Emmanuel indique que nous avons parcouru 22 kms, et monté et descendu un peu plus de 2000 m...

Un grand merci à Brunilde, Vincent et Emmanuel pour m'avoir accompagné dans cette superbe boucle, avec cette belle lumière de début d'automne. Comme disait Rébuffat, "la montagne est plus belle dans le regard de l'autre"...

Quelques photos (basse qualité smatphone, hélas) : https://picasaweb.google.com/JeanLeCorre31/TrailPicDeBarossa20Sept2015?feat=email#slideshow/6196880451892828482