Logo du site

Webcam - Pic du midi

Webcam pic du midi

Raid ski STUBAI Autrichien du 11 au 20 mars 2016

Compte Rendu :   Raid Stubai Autrichien du 11 au 20 mars 2016

Encadrants :         Jean-philippe Albressac, Gérard Gomez

Participants :        Hélène, Fanou, Sylvie, Christian, Loic

 

Bien loin des frimas norvégiens, le massif de Stubai Autrichien fait pal figure sur le papier. Aux dire des "anciens" la poudre tant convoitée reste l'apanage des contrées nordiques.

Qu'à cela ne tienne, fort de notre chance cafiste, nous préférons enfiler nos maigres affaires, mais au combien affligeantes pour nos épaules, pour ce périple "Tavernoskpoudre".

La base est jetée: du refuge 5 étoiles, des menus gastro servis à l'assiette suivant les prédispositions de chacun, des champs de neige légère immaculés et de la traditionnelle mousse autrichienne version XXL.

 

J1 : Toulouse/Munich en avion

Dès la descente de l'avion à Munich, afin d'avoir des réductions futures sur les consommations, il nous faut  juste faire estampiller notre carte de membre actif auprès de la première brasserie locale, en l'occurrence pour plus de facilités, l'institution désignée Zum Augustiner  à deux pas de Marienzplatz. En ce lieu intemporel, avec ces 2400 places… nous en restons au service munichois (peu de crudités et beaucoup de viande) avec une serveuse coincée du rictus et des zygomatiques !

Gérard, au détour d’un coup de fourchette, entreprend une séance de psychologie faciale sur nos voisins chinois de tablée. Ils semblent coincés du bec en écoutant une espèce d’endimanché cravaté vantant les mérites de ne sait quel produit. Un soupçon de Strudel marque la fin des festivités pour ce soir, avec, pour conclure, une balade digestive au pays du luxe…38 000€ pour une montre... qui ne ressemble à rien !

Les photos:

https://picasaweb.google.com/106292017025271735782/J1TrajetToulouseMunichVendredi11Mars2016?authuser=0&authkey=Gv1sRgCMHZlb_TtejzXg&feat=directlink

 

J2 : trajet Munich/Innsbruck en train puis bus jusqu’à Fulpmes

       Ski en demi-journée sur le domaine de Stubai-Glestcher

Aujourd’hui, Christian, ex-moniteur de son état, prend un sérieux coup de jeune en distillant de nombreux conseils auprès de Fanou, sur la conduite à tenir sur les planches. Il parait que c’est comme le vélo, cela ne s’oublie pas. Heureusement qu’elle a des cuisses en béton…

Trois loopings plus tard, nous posons nos fessiers au restaurant de Fulpmes en compagnie de Loic et Sylvie, tout fraichement arrivés de Lyon, leur nouveau lieu de villégiature suite aux déboires Sanofistes. Nous regagnons nos pénates, en caressant l’espoir que la météo soit de la partie pour la semaine.

Les photos:

https://picasaweb.google.com/106292017025271735782/J2TrajetMunichInnsbruckFulpmesEtSkiStationDeStubaiGletscherSamedi12Mars2016?authuser=0&authkey=Gv1sRgCOqAis7xlfCmogE&feat=directlink

 

J3 : Traversée du Col Daunjoch(3057m)/descente du glacier Sulztalferner/Amberger Hutte

       (2135m) Nuit refuge Amberger Hutte

Au programme matinal, 3 remontées mécaniques dont la dernière très difficile à trouver dans le brouillard pour l’accès au col. L’amélioration barométrique n’est pas à la une du quotidien.

Pas sitôt quittés la quiétude de notre transport, le vif du sujet nous assaille en plein faciès. Nous allons en prendre plein le museau pour passer le Daunjoch. N’étant pas mentionnée sur les cartes, l’oreille et la boussole nous mettent sur la piste du  dernier télésiège.

Dès sa sortie, le ton est donné : cap au 284° dans une purée de pois neigeuse avec 30cm à tracer. Il s’ensuit un petit 270° encordés, afin de ne pas rater l’entracte dénommé : couloir d’accès à la peuf géniale !

Bingo, pile dessus. Rapidement, une main courante est posée, non sans avoir au préalablement fait un peu de nettoyage,  juste histoire de ne pas être plus rapidement au bas de la pente sans crier gare.

Pour la pose des spatules sur le glacier, l’ensemble des convives s’évertuent à magner le « Machard » avec dextérité .Le soleil commence à s’afficher pour une descente de toute beauté sur un terrain glacière, dont, seuls nos cris de joie troublent le silence des lieux.

14h, nous prenons possession de notre grand dortoir privée à Amberger Hutte.

Les photos:

https://picasaweb.google.com/106292017025271735782/J3TraverseeColDaunjoch3057mGlacierSulztalfernerAmbergerHutte2135mDimanche13Mars2016?authuser=0&authkey=Gv1sRgCNeHt6_6muTeTw&feat=directlink

 

J4 : Antécime du Windacher Daunkogel(3312m) par le glacier Sulztalferner

       Nuit refuge Amberger Hutte (2135m)

       1200m au compteur  de virolos plus ou moins appuyés

Hier soir, Christian, Hélène et Fanou s'attablent pour une séance carto/orientation. Cela reste somme toute assez simple car, il suffit de remonter le glacier emprunté la veille. Soucieux du groupe, en bons encadrants, Ils tracent à la pyrénéenne loin de l’autoroute autrichienne qui a tendance à filer droit dans la pente à grand renfort de cales en tous genres. Petit à petit, avec l’altitude, le CAF ayant réservé la descente sans l’ombre d’une arabesque, le terrain s’affiche totalement vierge. Même le yéti n’a pu passer dans le coin.

A partir du col Winterkarsattel, trois options s’imposent pour s’approcher de la pente finale. L’une en ski pour Gérard, Hélène et Christian ; l’autre en crampons pour JP et Fanou ; enfin la dernière, loin d’être la plus simple, fut de lézarder au soleil sans crème solaire. Nos lyonnais, en quête d’acclimatation préfèreront cette éventualité pour aujourd’hui.

Après quelques photos de l’arête aérienne sur laquelle nous croisons deux nanas sans crabes aux pieds…, nous enchainons les 1200m de dénivelé dans 30 à 35 cm de légère. Nous avons vu pire!

Les photos:

https://picasaweb.google.com/106292017025271735782/J4AntecimeWindacherDaunkogel3312mParLeGlacierSulztalfernerAmbergerHutte2135mLundi14?authuser=0&authkey=Gv1sRgCLixv-uw2ODRWA&feat=directlink

 

J5 : Ascension du Kuhscheibenspitz(3189m) par le glacier Robkarferner.

       Nuit refuge Amberger Hutte (2135m)

Ce matin, la fenêtre météo la plus favorable se referme en début d’après-midi. Comme d’hab, le départ est plutôt du style « bourrin » avec les couteaux en sus. Cela sera l’unique utilisation de ces engins, durant le raid. Sitôt cette partie basse avalée, le vallon s’élargit sur une note de Coste Ouillère. Vers 11h, les sommets alentours commencent à s’accrocher, puis le vent se mêle à l’affaire suivi par des bourrasques neigeuses. En trois mouvements, les crampons sont aux pieds pour toucher la croix sommitale. En terme de panorama, il y a mieux… surtout avec de la visibilité ! Nous repasserons pour le cadrage du défilé de mode sommital. La suite ressemble plus à une partie de cache-cache dans un brouillard, très dense, entrecoupée de quelques touchettes avec des rochers affleurants. Il parait que les canaux sous les semelles facilitent la glisse!!! Dommage de ne pas pouvoir se lâcher sur ces 30 cm supplémentaires.

L’éclaircie tant espérée restera au fond des chaussettes…à l'inverse du moral toujours au beau fixe. Dire que nous aurions pu avoir mauvais temps !

Les photos:

https://picasaweb.google.com/106292017025271735782/J5Kuhscheibenspitz3189mParLeGlacierRobkarfernerAmbergerHutte2135mMardi15Mars2016?authuser=0&authkey=Gv1sRgCMDK-M2B7M3EUA&feat=directlink

 

J6 : Traversée du col Wildgratscharte(3168m) par les glaciers Schwarzengferner

       et Alpeinerferner. Nuit refuge Franz Seen Hutte(2147m)

Gérard se colle à la trace, bousculé par de nombreuses rafales latérales. L’avantage est, qu’il chasse aussi les nuages vers l’Italie. Hormis deux personnes, les autrichiens suivent. Les sacs se font plus présents. Le vent s'intensifie allègrement pour chuter soudainement sous le couloir de traversée indiqué par un gros point rouge et blanc. Nous en profitons pour sortir les cordes ainsi que les sandwichs. Entre deux bouchées, nous nous encordons. Le paysage est grandiose, majestueux, qui plus est ensoleillé. Ayant choisis l'option neige/crampons, deux espèces de pois chiches filiformes nous dépassent par la gauche en empruntant la via ferrata estivale, rocheuse et physique. Il faut dire que leurs sacs sont plutôt du style "camelbag " D'ailleurs nous ne verrons que leurs feux de recul de l'autre coté de la brèche. Sans se poser le moindre état d'âme, ils enchaînent les 45/50°, étroit et à ski... là où nous posons un rappel de 30m sur un relais en place. Descente en téléphérique puis, sous l'œil bienveillant des séracs, nous dégustons cette poudre à font les gamelles jusqu'au refuge dit Tute de l'ours 5 étoiles.

Les photos:

https://picasaweb.google.com/106292017025271735782/J6TraverseeAmbergerHutte2135mColWildgratscharte3168mFranzSeenHutte2147mLeMercredi1?authuser=0&authkey=Gv1sRgCPLvw9HIkqiF4wE&feat=directlink

 

J7: Pointe 3142m du Krautscharde par le glacier Sommerwondferner.

      Nuit refuge Franz Seen Hutte(2147m)

Encore une fois, les dieux sont avec nous. La température est de l'ordre de -12/-15° pour le plus grand plaisir de la neige. La légère s'affiche avec arrogance sur 360°. Le soleil nous accompagne encore pour cette superbe journée de ski. Qui plus est, l'ensemble des troupes partent à l'opposé de notre vallon. Ils ont compris que le pyrénéen aime bien faire sa trace dans un cadre sauvage. Méfiance, car quand il est en rut et mal luné, il peut anesthésier très facilement un autrichien...et c'est peu dire tant ils sont solides!

Je me répète, mais que dire de cette descente: tout simplement dantesque! Même Fanou avec sa technique si particulière en profonde, trouve ce stage de poudreuse, génial.

Les visages parlent d'eux même en terrasse du bistrot...

Un bémol pour le minuscule dortoir s'apparentant à un frigo voir congélo à certaines heures.

Les photos:

https://picasaweb.google.com/106292017025271735782/J7PointeDuKrautscharte3142mParLeGlacierSommerwandfernerFranzSeenHutte2147mJeudi17Ma?authuser=0&authkey=Gv1sRgCLfg_ofcsMjbNw&feat=directlink

 

J8: Remontée sur 9km(c'est le gps qui le dit) du glacier Alpeinerferner

     jusqu'au col Holltalscharte(3178m). Nuit refuge Franz Seen Hutte(2147m)

Pour changer, un final en beauté (non, non, je ne travaille pas pour l'office du tourisme) sur fond poudreux agrémenté de quelques séracs à contourner. La vue du col est époustouflante. Nous pouvons voir la station d'où nous sommes partis le premier jour dans la mélasse.

Du soleil, des nanas et une neige de rêve avec peu de monde! Si ce n'est pas le bonheur, cela s'en rapproche étrangement.

Les photos:

https://picasaweb.google.com/106292017025271735782/J8ColHolltalscharte3178mParLeGlacierAlpeinerfernerFranzSeenHutte2147mVendredi18Mars?authuser=0&authkey=Gv1sRgCOXg-_Khh9OB-QE&feat=directlink

 

J9: retour en vallée  refuge Franz Seen Hutte/Séduck, taxi privé pour Fulpmes, bus jusqu'à

      Innsbruck et en finition train pour Munich.

Nous quittons les hauteurs ainsi que la qualité du manteau neigeux. Du béton!!! Le terrain qu'apprécie Sylvie, s'étant déjà fracassée sur ce genre de grain rond.

Pas le temps de quitter les sacs des épaules. Le taxi nous attend pour un retour rapide à l'arrêt de bus de Fulpmès. En trois coups de cuillère à pot, nous visitons Innsbruck sous un soleil radieux et dégustons...une pizza!!!

Suite à 2h30 d'herborisation au milieu des champs, le train nous dépose enfin à Munich pour le débrief incontournable. De leur coté, Loic et Sylvie filent en direction de Lyon en voiture.

Lowenbrau, encore une institution à découvrir. Dans le brouhaha ambiant, aidé par quelques verres du breuvage local (La Triomphator) , nous finissons par une séance de psychothérapie bavaroise avec une pointe de mélancolie d'avoir laisser derrière nous, ces grands espaces tant désirés.

Les photos:

https://picasaweb.google.com/106292017025271735782/J9DescenteDeFranzSeenHutte3147mSeduck1460mVisiteInnsbruckEtSoireeMunichSamedi19Ma?authuser=0&authkey=Gv1sRgCPWjwvL6gNbxXA&feat=directlink

 

Le lendemain, la grisaille s'installe...avec le retour sur Toulouse.

 

Comme aux cérémonies, un grand merci à l'éclairagiste, au décor, aux cuisiniers, au boucher du coin, à la météo clémente malgré des températures glaciales et un grand merci aux acteurs sans qui, la semaine n'aurait pu se concrétiser.

A bientôt pour un autre scénario.

Jean-phi