Logo du site

Webcam - Pic du midi

Webcam pic du midi

Escalade à Nargo WE 29-1 nov

Le CR d'ISA à déguster...Merci

Cela faisait un certain temps que je n'avais pas participé à un week-end escalade du CAF. Bien m'en a pris ce week-end du 1er novembre.
J'aime l'escalade en petit comité, le silence au pied des falaises, la solitude au relais d'un grande voie et ça tombe bien, on n'était que 18. Deux des encadrants prévus avaient d'ailleurs renoncé devant cet effectif ridiculement faible, sans doute découragés devant le peu d'intérêt qu'avait suscité leur sortie.

On était donc un certain nombre au parking de Jules Julien samedi à prendre pour direction la Catalogne. Premier arrêt café avant la Seu, pour recharger les batteries et s'assurer que tout le monde était mentalement et physiquement suffisamment affûté pour aller affronter les voies du secteur. On l'était ! Après une rapide installation au camping d'Organya, littéralement pris d'assaut, soit en tentes, soit en bungalow, tout le monde s'est retrouvé sur les couennes de Coll de Nargo au secteur Coll Piquer. Certains après une session rallye automobile qui a laissé des traces, d'autres après une petite randonnée improvisée. Chacun y a trouvé son compte, au soleil, dans des voies de tous niveaux et toutes assez jolies. Après cette courte mais intense après-midi, nous avons repris les bonnes habitudes du club : hydratation optimale pour éviter courbatures et tendinites, étirements des zygomatiques pour favoriser la préparation psychologique, visualisation mentale des performances à venir (et là, on est très très forts, je vous le dis), nourriture saine et équilibrée à base de saucisson, cacahuètes, chips et olives pour les légumes verts.

Dimanche, notre choix s'est porté sur la falaise de Perles, secteur Roca d'En Sola pour la majorité du groupe et disons-le de suite, nos performances ont été à la hauteur de notre préparation de la veille !
Après un petit échauffement en couennes, deux cordées sont parties se faire gentiment rouster dans « Amistades pellirojas » (on a entendu quelques couinements, il paraît même qu'une perche a été discrètement sortie pour clipper le premier spit de la voie), une autre cordée a randonné dans sa voisine « Putes Mosques » (on n'a rien entendu, mais peut-être étaient-ils hors de portée de voix), et deux irréductibles couenneurs se sont fait les pieds dans de très beaux mais pas donnés 6b. Puis, on a retrouvé le pied des voies et c'est là, après le pique-nique et à l'heure de la sieste que P. (on taira son prénom) a décidé d'aller se faire soumettre dans un 6b. Quelle drôle d'idée ? La voie manquait de pieds, c'était dur, mais après quelques égarements verbaux et une pédale, c'est sorti. Il allait falloir redoubler d'hydratation, d'étirements et de préparation mentale pour oublier cette défaite. C'est ce qu'on a fait le soir même.
Pendant ce temps, une cordée avait visité deux petites grandes voies de Coll de Nargo et avait pu expérimenter la glissade sur dalles avec cannelures. Conclusion : mieux vaut éviter de se retenir avec les doigts, ça déchire. Mais fort heureusement, un petit traitement à la bière (par voie orale, évidemment) et ça repart !

Après toutes ces émotions, lundi, la troupe s'est séparée en deux : un groupe à Perles au secteur Roures, un groupe à la Pared Bucolica dans « Tierra de Dinosaures ». Je n'étais pas à Roures, je ne sais donc pas exactement ce qui s'est passé, mais il se dit que ça a enchainé de nombreuses voies et que perche et dégaine magique anti-panique ont été de sortie.
A la Pared Bucolica, c'était de l'alpinisme engagé et austère. Imaginez 5 ou 6 personnes perdues au relais, en plein soleil, et menacés par les vautours en plus ! Malgré cela, on s'en est sortis et on a été obligés d'aller reprendre des forces à la pastisseria de Coll de Nargo.

Mardi, dernier jour dédié à la performance pure. Il existe pour cela un secteur tout indiqué aux cotations aimables et à l'équipement bienveillant : Roures à Perles. Ceux qui avaient déjà testé l'endroit la veille ont vite accepté d'y retourner, c'est vrai que ça fait toujours du bien au moral ce genre de falaise. Certes, il y a bien eu quelques erreurs de lecture de topo fatales dès l'échauffement, des bras un peu ramollis après 3 jours de grimpe, mais notre hygiène de vie pendant tout le séjour nous a permis d'enchainer encore quelques belles lignes sur du rocher très gratifiant.

Fin du week-end, on aurait bien aimé que ça dure encore. Aller, la prochaine fois, on sera encore plus forts !

Photos ici et