Logo du site

Webcam - Pic du midi

Webcam pic du midi

Alpi : Cap de Long 20-21/10/2018

Voyage (à Cap de Long) en compagnie d’optimisme

Arnaud et moi-même n’étant pas disponibles pour accueillir les participants lors du traditionnel jeudi soir, c’est par mail que l’engouement pour le granit de Mariailles se manifeste. Le mercredi nous sommes déjà 8 ! Malheureusement, étant donné le déluge passé et annoncé dans l’Aude et les Pyrénées Orientales, la destination est ré-orientée vers le granit de Cap de Long avec un optimisme… non partagé puisque que nous ne serons finalement que 4 au départ de Jules Julien : Arnaud, Dominique (pour une reprise), Eva (pour se perfectionner) et moi.

Après un départ à des heures alpines, nous continuons sur un rythme de grimpeur à la vue de la grisaille, de la bruine, des températures pas franchement alléchantes et du rocher mouillé : Pause thé/café à Saint-Lary pour faire un point. Après une petite négociation d’une heure environ, nous tentons le voyage vers Cap de Long. Certain(s) avec un optimisme affiché : « Il fera beau là-haut » ; D’autres avec un pessimisme détaché : « L’Espagne n’est pas loin, on pourra toujours faire un détour ». Bon ! Les conditions ne sont pas terribles, on fait un détour par le lac d’Aubert pour essayer d’apercevoir les conditions de descente car on nous avait annoncé de la neige à partir de 2500m en versant nord : on ne verra que des nuages…

La  bonne nouvelle est qu’il ne bruine pas à cette altitude. Mais le rocher étant trempé, les projets sont revus à la baisse :

  • La voie sera semi-équipée !
  • Le IV/V mouillé devrait passer et le crux en V+ étant dans les dernières longueurs il aura bien le temps de sécher ! (Optimisme je vous ai dit)

Nous partons donc, à 11h, pour « Raisin d’Ours » D- (Dominique et moi-même) et la « voie Dedieu » TD- (Arnaud et Eva). Finalement les conditions ne sont pas si dantesque, il suffit de NE PAS utiliser 70% des prises (recouvertes par l’eau) et de profiter des quelques secondes de soleil par longueur pour se réchauffer. C’est avec un horaire plus que respectable que nous arrivons au sommet (vous me direz que c’est parce qu’on a économisé nos forces le matin). La descente nous fait hésiter entre rejoindre le Pas du Gat par le vallon et à toute crête. C’est la dernière option qui s’imposera, pas de soucis pour le retour ! 17h au parking, la journée n’est pas finie : direction le refuge d’Oredon pour (une) deux crêpes et une boisson chaude (ou une bière pour certain(s), toujours le même).

La météo pour le lendemain est annoncée au grand beau, après un accueil royal dans le camion aménagé d’Arnaud nous nous refugions dans nos duvets. Dominique sous la tente pour retrouver ses marques de bivouac lors de cette reprise (muesli au curry included) et les autres partageront le camion. La nuit portant conseil, nous partons finalement tous pour la même voie (avec les mêmes cordées), encensée par le topo de P. Ravier : « Barjoland » TD- ! Après un socle un peu pénible à naviguer entre les zones mouillées et les rhododendrons, le rocher tient toutes ses promesses dans de superbes longueurs ! L’équipement dans la voie (1 seul piton trouvé pour un relais) laisse libre court à l’imagination et au sens de l’itinéraire du grimpeur.

Au cours du week-end, Eva a fait toutes les voies en réversible sans soucis et pour sa reprise Dominique a randonné dans le 5c ! C’est avec des projets plein la tête que nous nous quittons. Peut-être pour atteindre le sommet du Ramougn par un itinéraire esthétique, « Clin d’œil » D+, une prochaine fois avec un peu d’optimisme et toujours la même bonne humeur.

Merci à tous et à bientôt,

Thomas

PS : Les photos d’Eva : https://www.dropbox.com/sh/hmgl4rxg1ecr5cv/AAD2jNpYiWGxO1abNWSYD90Na?dl=0

      Et les miennes : https://photos.app.goo.gl/Swwwz3n9ds83myum7