Logo du site

Webcam - Pic du midi

Webcam pic du midi

HandiCaf Camp au Maroc

HandiCaf dans la Vallée d'Aït Bouguemez

 

Date : vendredi 19 au samedi 27 avril 2019

Responsable : Genesty Alexandra

Bénévoles : Martine et François

Participants : Marion, Margot, Vivian, Nicolas B., Benjamin, Jérémie, Julien T., Nicolas W., Thomas, Julien l. et Fabien.

 

Vendredi

L’idée a germė lors du camp de Marseille, puis la graine a pris et nous voilà un an plus tard à Blagnac pour une semaine dans la vallée d'Aït Bouguemez autrement appelée la vallée du bonheur.

Plus que 10 min avant l’embarquement, mais avant nous avons du passer par l'enregistrement, puis le contrôle avec les inévitables sacs mis de côté pour test aux explosifs et la boutique pique-nique pour nous retrouver devant la porte 57.

Il est 19h45, François monte le premier dans l’avion pour les placer. Certains pensent que nous sommes les seuls et choisissent leur place !

Ok , nous ne sommes pas très organisés sur ce coup mais de là à croire que l'avion est pour nous … Nico W et Benjamin à vos places !

Petit message pour Pierre : Si Fabien ne veut plus travailler au supermarché Royal Air Maroc peut l'embaucher pour les consignes de sécurité

Avec force encouragement de Margot nous décollons enfin. C'est à ne plus rien y comprendre, des repas sont distribués. C'est pas faute d'avoir demandé par mail et par téléphone à la compagnie. Une collation qu’on m'a répondu… Qu’à cela ne tienne, c'est reparti pour un tour de mastication. Au menu nous avons : du saumon sous cellophane (Je sais vous bavez d'envie), du poulet ou du bœuf accompagné de ses petits légumes, un yaourt et une boisson chaude, le tout arrosé de jus de fruits et boissons gazeuses.

Le soleil se couche, nous nous posons dans une heure.

Une roue, deux roues nous y sommes. Sacs sur le dos nous partons à l'assaut de Marrakech. Nous sommes vites arrêtés dans notre élan par un bout de papier qu'il faut remplir pour passer la douane. Ensuite par un autre contrôle à 5 mètres du premier. Enfin nous arrivons au tapis ou nos sacs tournent et retournent. Bon là on se dit c’est bon, et bien non encore un contrôle de bagages. Tous les sacs doivent passer au scanner… et rebelote sur les chariots. Dernière ligne droite et nous sommes dehors accueillis par Saïd. En 20 minutes nous rejoignons Riad dans la médina. La répartition des chambres est déjà faite, y a plus qu'à, sauf que nous avons déjà égaré un sac et que je demande où il est j'ai comme réponse « Je vous avais dit de prendre mon sac". La bonne blague ! Sac retrouvé dans le bus déjà parti. Nous l’aurons dimanche.

Fin du compte-rendu à 0h08 heure locale.

Samedi

Début de journée tranquille avec un p'tit dej à 9h. Au programme de cette journée dite de repos avant notre semaine de trek, visite du tombeaux Saadien, de la médina et du souk de la place Jamel Elfna.

Quelques commentaires après notre passage aux tombeaux Saadien

Thomas : bien avec les décors au plafond

Marion : pas mal mais ça se voit qu'on est pas en France.

Julien L : j'ai vu parcequ'y avait trop de monde mais c’était bien.

Benjamin : moi j'aime bien l'Afrique

Vivian : j'ai caressé un arbre et les frises sculptées

Fabien : c'est triste

Pour nous ouvrir l’appétit, nous partons à la découverte du quartier de ruelles en ruelles entre circulation de mobylettes, d'anougudes (ânes), et de voitures, un vrai parcours du combattant pour ne pas se faire écraser !

De retour devant la grande mosquée, nous sommes attendus au Zétoun Café pour un repas découverte, avec 6 entrées et plats différents à se partager et pour finir un samossa fourré à la pâte d’amande arrosée de miel et le traditionnel thé à la menthe. Pour digérer rien de tel qu'un bain de foule. Le challenge est de rester en groupe et de toujours avoir les mains vides arrivė sur la place.

Ça devient compliqué pour rester en groupe, nous nous divisons en 3 groupes : Margot, Vivian et Julien T. et Martine : tour de la place avec singes et serpents, visite des jardins et des quartiers chics de Marrakech en calèche : Julien, Margot et Vivian nous ont fait voir toute leur joie de vivre ce moment. Le périple se continue à pied dans une petite rue bordée de marchands de tissus, cuir, paniers, épices, encens. Vivian était aux anges avec toutes ces odeurs.

Nicolas B., Thomas, Fabien et Jérémie sont partis avec François ont fait le tour de la place et ont marchandé dans le souk. Ils ont eu un petit cour sur l'huile d’argan fabriqué par un collectif de femmes. Au retour de leur cheminement dans le souk, ils ont pu voir un artisan qui travaille avec un tour à bois manuel activé par un arc, des tortues, des caméléons et ils ont pu goûter au jus de canne citronné. Le dernier groupe constitué de Julien L., Marion, Benjamin et Nico W. avec Alex part a la conquête du souk. Les yeux sont partout les questions fusent et les réponses arrivent des commerçants intrigués par ces trois groupes qui visitent le souk. Nous retrouvons brièvement, François et les copains devant le jus de canne et c'est reparti pour une petite heure de déambulation avant de se retrouver tous ensemble.

c'est fourbu que nous rejoignons le riad pour une bonne nuit et préparer les sacs pour La Grande Aventure.

Ce soir c'est Mouna et Radija qui nous ont concoctées le repas avec une compoté de ratatouille, un poulet citronné et ses petits légumes et pour finir une salade de fruits de saison.

Dimanche

Réveil à 7h. Tout est prêt, ils n'ont qu'à sauter dans leurs vêtements et à venir déjeuner. Je dois dire qu'on est au top dans l'organisation. Ils sont tous là à l'heure pour partager ce p'tit dej. ogresque !

Et applaudissements, nous partons à l'heure du Riad en compagnie de Saïd venu nous chercher. C'est dans un bus que nous partons vers Agouti. Défilent sous nos yeux les champs de melons, les plantations d'oliviers et autres cultures maraîchères. J'en profite pour étaler ma science en leur apprenant quelques mots berbère : Anougude, tarat, aïdi, askif, tafounesse, imi dans l'ordre, mouton, chèvre, chien, soupe, vache et porte. Nous nous arrêtons pour faire les dernières courses du pique-nique que nous prendrons au col. Nous reprenons la route qui devient par moment un chemin, traversant le lit de l'oued. Enfin nous arrivons à Agouti après 7h de bus. Cette nuit nous la passerons dans le gîte « Montagne au pluriel ». La répartition des chambres faites et le traditionnel thé avalé nous allons découvrir le village et ses cultures de fruitiers. Les questions fusent sur tous les sujets. Comment on fabrique les maisons, à quoi servent les canaux remplis d'eau, l’histoire du Maroc…. Saïd répond à tous. Le tour terminé une partie de charade endiablé commence. C’est a celui qui trouvera le 1er. Marion est plutôt bonne ! Pendant ce temps Laocine, notre cuisinier finit de nous préparer le repas, askif, tagine, pomme et pour finir en beauté des gâteaux arabex préparés pour le ramadan. Je ne vous l’ai pas encore dit mais aujourd'hui c'est l'anniversaire de Benjamin. Nous lui souhaitons à la berbère avec tambourin, flûte et danse. En cadeau nous lui offrons un oreiller gonflage indispensable à tous bons montagnards. La soirée se termine par le programme de la journée de demain. Bilan de la journée : le marocain est très approximatif dans ses explications et n'a pas la même notion du temps que nous . À la questions combien de mules nous suivrons la réponse est 2 ou 3 loin des 11 annoncées, autant vous dire que le stress est monté d'un cran. Nous apprenons aussi que nos gros sacs seront transportés en bus de gîte en gîte. Ce matin Saïd nous annonce 4h pour rejoindre Agouti qui se sont transformées en 7h. Que va être la journée de demain !

Avant le coucher, nous nous disions que pour une fois nous étions super organisé pour la gestion des affaires. Je vous confirme, c'est encore une fois loupé. Un certain N. B. a oublié sa trousse de toilette à Marrakech… demain aura pour thème « à la recherche d'un vendeur de brosse à dents » . Je ouspille les jeunes, pendant que 2 bénévoles sont entrain de démonter leur sac pour trouver leur frontale que pour l'une (et c'est pas moi) la retrouve dans ses ….. chaussettes.

En attendant, chacun est dans son duvet. Le mien est un – 30 et je crève de chaud !

Lundi

Réveil en fanfare à 6h30 heure marocaine au lieu de 7h30 entraînant une vague de protestation manifeste chez les jeunes. Merci François qui assume complètement et menace de faire pis demain. La mutinerie couve.

Après un petit déjeuner avec la tête dans le c…. Nous faisons la connaissance d’Assan et Ismael nos muletiers. Nous partons à 9h à travers les vergers de pommes avec sauts de rigoles d'irrigation, de guets, de ponts précaires. Les villages s'enchaînent avec des dames qui lavent le linge à la rivière. Nous trouvons un jeune aïdi de l'Atlas que Benjamin relâche dans le linge propre d'une villageoise ! La pause dattes, cacahuètes natures et sucrées est la bienvenue (enfin là je parle pour moi). Notre pérégrination continue jusqu'au village de Timit. En tout 4h de rando et de découverte tant visuel que sonore et olfactive. Laocine, notre cuisinier nous attend au gîte avec un tagine qui est englouti en un rien de temps. Pour nous remettre de ce repas nous repartons faire un tour dans les environs sur les traces des dinosaures que nous trouvons sur une place du village où une coopérative de femmes confectionnent des tapis, tissus et plein d'autres choses à base de laine comme les savons enveloppés dans de la laine, plus besoin du gant. Retour au gîte 2h plus tard et passage aux douches chaudes pour une parti du groupe et je vous assure que c'est l'aventure… Petit extrait  : j'ai pas ma serviette, j'ai oublié mon savon, mes chaussettes sont mouillés et j'en passe !

C'est pas tout mais nous on a faim. Ce matin j'ai demandé à ce que le repas du soir nous soit servi à 19h. C'était oublié où j'étais ! Margot réclame à corps et à cri un couscous et surprise à 20h30, couscous au menu avec la traditionnelle askif appréciée de tous.

Fin de la soirée me direz vous. Hé bien non, Martine ouvre un cabinet médical, coup de soleil, mal aux dents arrachées, peau des doigts rongées, ongles des orteils trop long. Pour ma part je m'occupe des sacs et ça non plus c'est pas une sinécure. On vous racontera le brossage des dents une autre fois…

PS : La trousse de toilette d’un certain N. B. a mystérieusement refait surface dans la nuit. Nous avons échappé au vendeur de brosses à dents ! Maintenant nous sommes à la recherche de la doudoune sans manche d’une certaine M. V. Attendons demain matin !

Mardi

Pas de sonnerie incongrue ce matin… Ouf je craignais un acte de piraterie ! Départ à 9h pour le grenier de Siti Moussa, une ascension de 200 mètres de dénivelé . Le chemin est assez escarpé mais monte régulièrement. Arrivé en haut nous sommes accueillis par le gardien du grenier qui nous offre un thé. Saïd, Ismael et Assan nous font visiter le grenier avec un petit cour d'histoire. Les greniers servaient dans le temps à mettre à l'abri les richesses des villageois. Ils étaient construit sur les hauteurs pour permettre au gardien qui restait à l'intérieur et à 4 hommes sur le toit de défendre la place.

La descente est plus facile que la montée et nous permet de rejoindre à travers les pommiers le village d’Aït Imi où nous passerons la nuit dans le gîte Chez Moha. Il est 15h57 seul Nico B., François et moi sommes encore actif. Je vous laisse deviner où se trouvent les autres… La fatigue commence à se faire sentir.

Pas de boîte de nuit dans le coin, je les réveille donc de la sieste pour une balade à travers le village. Les nids de cigognes sont toujours au rendez-vous et la neige est encore présente sur les sommets. Nous distinguons une route à flan de montagne qui rejoint le col allant vers le M’Goun. Benjamin a vu des arbres grands comme un sapin. L'appel à la prière nous indique l'heure qu'il est et nous rappelle que certaines n’ont toujours pas pris de douche depuis le départ de Marrakech. Mais avant la douche l'incontournable thé accompagné de beignets et de crème de patate douce. Ci-joint la recette par Martine : 60% de patates douces, sucre, citron et vanille. Faite revenir tout ça dans un faitout en cuivre, goûter et accommoder à votre goût. Si vous aimez n’invitez pas Martine !

Le repas étant servi une heure plus tard, nous retenons notre envie de prendre un deuxième beignets espérant les retrouver en dessert où au petit dej. Point de beignet au repas du soir, attendons demain matin.

C'est avec un plat de pâtes accompagnées d'une sauce légumière qui clôt la journée.

Revenons sur le brossage de dents : nous sommes au Maroc où l'eau n'est pas faite pour nos intestins fragiles Nous en avons la preuve par Margot qui dès le 1er jour est malade. Nous prenons donc les mesures nécessaires. Nous traitons de l'eau dans un bidon de 5l. Là c'est le plus facile, maintenant il va falloir leur expliquer et je vous assure que c'est pas gagné…

Mercredi

7h30, seuls Martine, François et moi sommes debout. L'appel à la prière n’y fait rien, il va falloir y aller avec force de persuasion.

Petit déjeuné avalé et dents brossés nous partons pour 3h de randonnée à travers les champs. Le parcours est plein d'embûches, les fortes pluies ayant inondées et détruit les chemins. Nous arrivons enfin à Iskafane où nous serons logés pour deux nuits chez Meskour.

Cette fois ci les cacahuètes sont servies en apéritif avec un bon thé en attendant l’omelette marocaine.

Repos d'une heure avant de repartir pour Thomas, Vivian, Margot et Nico B. avec François et Martine pour faire l'ascension d'une montagnette et pour les autres visite des villages alentours. L'appel à la prière sonne pour nous l’heure du thé et des petits gâteaux suivis de la douche. Ne croyez pas que tout le monde fait la sieste, il reste deux vaillants qui partent escalader la montagne droit dans la pente pour redescendre par un torrent asséché. Je ne nomme personne mais ce n'est ni les jeunes ni Martine.

Commentaires des randonneurs de montagnette :

Thomas et Nico B. : on a cherché notre chemin, on a grimpé des cailloux et on a découvert l'autre côté de la montagne. En haut y avait une belle vue.

Jeudi

Levé tranquille pour cette dernière journée dans l'Atlas. Au programme, grasse mat avant une petite randonnée dans les alentours d’Iskafane. Marion qui commence à fatiguer monte sur sa mule suivi au retour par Julien L. qui se prend pour lucky-lucke. C'est aujourd'hui que nous rencontrons les jeunes de l'école du village. Le RDV est fixé à 15h dans la cour de l'école. Nous sommes accueillis par le traditionnel thé avec des gâteaux fait maison. Les écoliers à tour de rôle nous offre un spectacle musical . De notre côté Fabien, Nico W. et Benjamin font une démonstration de hip-hop au son des tambourins. C'est enfin l'heure de leur offrir les filets de badminton. Thomas, les 2 Nico et Julien font une démonstration devant des écoliers très attentifs. Nous leur passons la main et après quelques hésitations font des équipes et préparent activement la relève pour les JO.

C'est le ventre bien rempli et la tête pleine de joie que nous rejoignons le gîte.

Ce soir c'est notre dernière soirée avec nos amis marocains Laocine, Ismaël, Assan et Saïd pour l'occasion et pour les remercier nous les convions tous dans le salon pour les applaudir et leur donner un pourboire bien mérité. Nico B. Nous fait un discourt, Laocine (notre roi de la semoule), nous dit qu'il a apprécié de nous accompagner dans la découverte des plats marocains. Jérémie l'invite à venir à Toulouse pour qu'il continue a lui faire des coucous, des farines et des hamburgers frites à tous les repas !

Sous les applaudissements direction les dents et au lit.

Vendredi

Aujourd'hui nous revenons à Marrakech. En pratique tout est prêt, il ne reste plus que les duvets et la trousse de toilette à mettre dans le sac. Dans la vraie vie c’est un peu plus compliqué... Compliqué mais pourquoi donc me direz vous, nos enfants sont des adultes qui gèrent leurs affaires de mains de maître. Dans vos rêves chers parents ! Mais ne vous en faites pas nous veillons.

Pour en revenir à notre journée nous quittons Iskafane vers les 9h30 et disons au revoir aux mules et à Ismaël et Isam qui portent nos sacs jusqu'au bus. C'est à pied que nous débutons la journée sous un soleil déjà très chaud. Coup de fil à Saïd, un sac est resté dans une chambre. Impossible, j'ai fais le tour. Hé bien si, le sac un certain J. T. est par magie retourné dans la chambre. Un mystère de plus à éclaircir ! La piste que nous empruntons est en plein soleil, pas très agréable surtout qu'en plus nous apprenons que notre bus nous talonne. Tous à bord direction Azilal pour acheter le pique-nique que nous prenons à l'ombre des oliviers.

C'est à 17h30 que nous arrivons enfin au Riad Inaka. Distribution des chambres et douche OBLIGATOIRE suivi de jeux sur la terrasse pour les uns et compte-rendu pour d'autres en attendant l'heure du repas.

Samedi

Derniers préparatifs avant le petit déjeuner, ne doit rester que la brosse à dents en dehors du sac, mais comme toujours….

Branle bas de combats, Saïd qui devait arrivé pour 9h30 est déjà là et nous demande de presser le pas. Je veux bien le voir moi !

C'est à 9h que nous décollons du Riad direction l'aéroport avec tous nos sacs. Petite panique, Martine ne trouve plus son téléphone ! Ouf on le retrouve dans le sac de Margot.

Arrivé les inévitables contrôles. Le 1er à l'entrée, le 2ème à l'enregistrement, le 3ème après l'enregistrement, le 4ème au contrôle, le 5ème à l’embarquement, le 6ème à la descente de l'avion à Casablanca. À ce stade du compte-rendu je m'arrête là. Il faut dire que nous leur reprenons à chaque fois leur passeport de peur qu'ils les égarent ! Le tout pour 30min de vol. Arrivé à Casablanca c’est la ruée vers les sandwichs. Seul Paul correspond à nos besoins rapide et pas cher. Rapide, tout est relatif. Ce qui ne l'est pas c'est l'amabilité qui ferait passer des portes de prison pour un parc de loisirs. Il ne nous reste plus qu’à attendre. Afin de nous rapprocher de notre porte d'embarquement, nous regardons le tableau dodu boarding et horreur, pas d 'avion annoncé pour Toulouse. Incompréhension totale. Nous visons un poste d'informations qui dans un premier temps ne comprend rien, puis faute de pouvoir nous prendre pour de gros rigolos nous explique que 15h15 correspond à l'heure d'embarquement et non à celle du départ. En résumé notre vol n’est pas encore annoncé. C’est à l’heure que nous nous mttons dans la file, mais point d’annonce, l’hotesse et l’avion sont bien là mais pas d’embarquement. La tenssion monte surtout que depuis deux jours Margot nous informe que l'aéroport de Blagnac a déménagé mais nous ne savons pas encore où !

Le suspens planera jusqu'à ce que le capitaine de bord nous annonce que nous sommes bien à Blagnac, le seul problème est que nous n’avons pas de passerelle pour descendre de l’avion...

Les mots des jeunes

Marion : Ce matin on s'est levé plus tard, ils nous ont laissés dormir une grasse matinée. On s'est habillé et on a marché. Moi j'ai pris une mule.

Julien L : Moi aussi je suis monté sur la mule.

Benjamin : Une grosse pierre où on s'est arrêté à côté des ruches. J'ai fait le tour.

Vivian : On a mangé des petites crêpes au petit déjeuner une fois qu'on s'est arrêté au gros rocher on est revenu au gîte.

Thomas : La confiture de patates douces est bonne.

Julien L : J’étais un cow-boy sur ma mule comme Lucky-Luke, manquait mon petit chien Rantanplan et les Dalton.

Benjamin : Moi je fais le tour de l'Afrique et je prends l'avion.

Jérémie : Moi, je me suis levé après on déjeune après je m'habille et ensuite j'ai marché avec les autres et aussi dans la grosse pierre on a fait la pause et ensuite je prends l’avion, je vais à Toulouse et je vois mes parents. Je vais à Aureville et ensuite j'ai fini.

Fabien : Moi je vais dormir après ma petite sœur me manque, je vais acheter des cartes postales et après acheter des sandwich pour l'avion.

Vivian : Eh bien mon séjour au Maroc m'a plu beaucoup. Les randos, passer la journée à Marrakech samedi dernier et manger au resto en terrasse et faire 5h de route et faire le marché.

Nico W. : J'ai relevé que personne a dit que on a dormi deux jours au même village. On a vu le four à pain au Maroc Marrakech. Moi j'ai entendu les cris d'animaux, poule, coq, ane, cheval.

Benjamin : La prière on l'entend tous les jours.

Thomas : On a vu les dames ramener le pain pour le cuire dans le four.

Marion : J'ai vu toutes les femmes partout au Maroc laver le linge tous les jours, y'a pas comme nous des machines à laver.

Julien L : Un caméléon m'a monté dessus à Marrakech, c'est bizarre et aussi qu'on a bu du sirop de canne.

Fabien : Mon père vient me chercher.

Benjamin : Moi j'ai vu crapaud du Maroc et un serpent et aussi chèvres et moutons .

Nico B : La place à Marrakech, les étales de fruits et légumes étaient impressionnantes, y'en avait beaucoup. J'ai trouvé mignon les caméléons dans les cages et les tortues. J'ai trouvé impressionnant les rues du souk. Les gîtes, les personnes dans les gîtes étaient très accueillantes.

Julien L : On a vu le monsieur qui travaillait le bois avec ses pieds, il fait des cuillères et des trucs qui porte bonheur, ça m'a impressionné, on a vu aussi des fossiles.

En conclusion

Les jeunes ont vraiment appréciés les échanges au fil de nos dépalcements et ont été particulièrement intérésser par l'histoire du Maroc et ses traditions. 

Pour le prochain camp, quelques idées ont été émisent comme la corse, l'italie l'Espagne et comme me là dit Nicolas B " comme tu vas en Patagonie, nous aussi"!

Martine, François et Alex