Logo du site

Webcam - Pic du midi

Webcam pic du midi

HandiCaf : A la recherche du 3ème type sur les pentes de Bugarach


 HandiCaf : A la rencontre du troisième type sur les pentes de Bugarach

 

Date : 20 et 21 octobre 2012

Responsable : Alexandra Genesty

Bénévoles : Michel, Philippe, Emmanuelle, Damien et Moi

Participants : Louise, Margot, Anastassia, Linekay, Simon, Benjamin, Pierre, Camille, Emilie, Bertrand, Nathalia.

 

Samedi

Toute l’équipe est à l’heure au Grand-Rond, le départ est vite donné. Il pleut sur Toulouse et nous espérons un temps moins humide sur l’Aude. Je sais nous sommes naïf, mais ça fait du bien de temps en temps !

 

En s'approchant, un petit coin de ciel bleu nous fait espérer de pouvoir monter au sommet du Pech de Bugarach, mais sur place des forces surnaturelles tentent de nous en empêcher. Rien ne nous arrête, nous tentons la montée par la face Nord.

Equipés de pieds en cap, nous débutons l'ascension en bravant boue et cours d'eau et déluge. Certains vous diront que Michel et moi-même avons pris le mauvais chemin dès le départ, il ne faut pas les croire, nous tentions de trouver un passage sans boue !

Nous sommes rejoints par Alexandra, Agnès et son chien Flash, de l'association UMEN qui nous donnent un coups de main apprécié dans une montée rendue bien difficile par les éléments. Les conditions d'ascension devenant périlleuses et la faim aidant l'arrêt est prononcé avant l'ascension finale. Le repas est vite pris toujours sous la pluie et le retour est prononcé.

 

La descente s'avère tout aussi technique, ce n'est que vers la fin que les chutes se comptent dans la boue, il parait que c’est bon pour la peau ! A l'arrivée au car, Dominique, effrayée de l'état général du groupe ne peut que nous tendre un sac pour y mettre tout nos vêtements trempés et plein de boue. Les chaussures sont isolées dans une coin de la soute, loin des sacs.

 

Une fois montée dans le bus pour aller au gîte, les difficultés continuent. L'accès au gîte nous est interdit par un panneau de limitation de tonnage ou le prrmier chiffre est masqué (5t au lieu de 15). Deux options s'offrent à nous : prendre nos bagages et monter les 4 km sous la pluie ou appeler les propriétaires du gîtes qui viennent nous chercher gracieusement.

C'est une mutinerie qui l'emporte sur l'idée des bénévoles (bande de petits joueurs)!

 

Au gîte, l'accueil est chaleureux après cette journée humide. L'équipe fille dans un chalet, les garçons dans un autre. Le radiateur tourne pour sécher les vêtements et la cheminée aussi pour réchauffer les coeurs.

 

Dans la salle à manger nous sommes accueillis par Emilie et la aussi la chaleur de la cheminée. Le menu est copieux et délicieux. Certains calent au dessert.

La fatigue emporte rapidement tout le monde au lit.

 

Dimanche

A 8h du matin, le réveil se fait tranquillement. Nous nous retrouvons tous pour prendre un petit déjeuner campagnard et artisanal : du bon pain, de la confiture variée et du vrai thé.

 

Au regard du temps qui se dégage petit à petit, nous décidons de faire la balade proposée par les propriétaires des lieux, le tour du domaine où vivent de nombreux animaux en semi-liberté.

D'entré de jeu, nous sommes accostés par madame la laie qui vient vers nous en trottinant et grognant. Plus loin nous voyons furtivement un troupeau de daims qui devant notre troupeau d'éléphants préfère s'éloigner.

La balade fut très agréable avec le soleil mais la brume ne s'est pas assez dissipée pour voir le Pech de Bugarach dans son entier. Quelques vautours en profitent eux aussi pour voler.

 

De retour au gîte, nous apprécions notre pique-nique avec toujours la cheminée allumée pour faire sécher encore quelques vêtements.

 

Le deuxième objectif de tremper les pieds dans l'eau chaude sulfureuse de Rennes les Bains est malheureusement un échec. la première source était fermée et la seconde hors d'atteinte, mais la petite promenade en bord de torrent fut appréciée de tous.

 

Merci à Dominique, notre chauffeuse, à Emilie et sa famille pour leur accueil et l’excellent repas ainsi que les produits proposé pour le petit dèj.

Merci aussi à Damien et Emmanuelle qui nous ont rejoint comme bénévoles durant ce week-end et qui sont prêt à remettre ça ! et enfin à Alexandra et Agnès (les bénévoles de l’assoUMEN) pour l’aide apportée samedi.