Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 
A force de prendre des "buts" à la NO du 3 Seigneurs, un jour,  il fallait bien que ça passe.
Vous le savez bien, vous me connaissez, j'ai de la suite dans les idées et dès que Sébastien m'avait prévenu qu'il ne pourrait assurer les 2 jours vers le Rulhe, la perspective de pouvoir amener des skieurs sur cette belle pente méconnue était dans mon esprit. Durant la semaine, je propose cette sortie à Hélène et Sébastien qui approuvent ; il ne manque plus que la météo. Météociel, Météofrance et j'en passe sont en boucle sur mon ordinateur ; cela s'annonce peu favorable. Malgré ça, au moment des inscriptions du jeudi, il y a foule ; j'annonce la couleur : sortie Autonome, 1500 m et +, une arête en perspective, gelée sans doute, rythme élevé pour en profiter. Une Toy et un Ariègeois, tétu et obstiné, parmi les encadrants, cela ne pouvait que passer Finalement, nous serons 11 inscrits et 3 encadrants  pour se lancer dans cette hypothétique journée ariégeoise.
Parti le vendredi soir sur Tarascon, j'attends le samedi matin à Sabart la troupe qui se composera de 10 participants et 3 encadrants ; aie !!! Nous sommes 13, 2 ont renoncé et 1 s'est rajouté ; il a plu dans la nuit, le plafond est bas, bref il faut être motivé pour s'avancer dans la vallée menant à Vicdessos et ensuite prendre la route menant au port de Lers.
Nous nous arrêtons au lacet menant au vallon d'Ayguesine,  des préparatifs rapides, que nous arpenterons dans la brume peu de temps car au pied du 1° verrou, le soleil déchire la brume pour nous offrir un paysage magnifique. Ce soleil nous accompagnera une grande partie de la journée. Journée que nous passerons à un bon rythme, menée tout d'abord par sébastien, puis par moi pour le cheminement somme toute assez piégeux de ces vallons et pentes ariègeoises. Le sommet est atteint rapidement, un petit en-cas, et Sébastien et moi optons pour une petite descente de l'arête Nord tout d'abord en crampons puis en skis pour atteindre la seule faiblesse de la pente Nord Ouest. Hélène ouvre le bal pour près de 500 m de descente en poudreuse en direction des Orris des Goûtets ; la limite pluie neige de la nuit, vers 1750 m, nous fera renoncer à poursuivre plus bas et nous remonterons vers le sommet, non sans que quelques-uns ne se refassent une autre descente sur 200 m environ.
Pic Nic rapide car le temps vire au couvert et ce sommet est réputé pour ses orages violents. J'inspecte la pente Sud et décide de l'emprunter directement, cela nous fera gagner du temps. Le jour blanc et la neige humide et lourde nous feront effectuer une descente toute en retenue en prenant tout en rive gauche jusqu'au déversoir d'Arbu. Je connais bien le coin ; je sais qu'il faut garder de la hauteur pour éviter de se retrouver coincé dans le déversoir. Une longue traversée sur la croupe des Pujols et une descente directe nous amènent au pont des Gragnoules ; ensuite petite remontée jusqu'à l'aplomb du vallon emprunté le matin, derniers virages  et nous arrivons aux voitures vers 15h30.
Petite bière au bistrot de Vicdessos et j'abandonne la troupe pour rester sur Tarascon.
Comme le dit souvent Gégé, au bon moment et au bon endroit pour :
Cécile, Aurélie, Julie, Emmanuelle, Marie-Pierre, Antoine, Yann, François et Cyril et enfin en Guest-Star, Hélène et Sébastien.
Phil
Les photos : https://picasaweb.google.com/117608936236823623345/03_23_3_Seigneurs