Logo du site

Webcam - Pic du midi

Webcam pic du midi

Trilogie dans le massif de la Maladeta

Pourtant nous étions motivés pour ces vacances de printemps et finir la saison de ski en beauté du côté des Alpes mais les conditions nivo-météo ne nous ayant pas permis d'aller dans la Vanoise ou l'Oisans, nous avons du attendre patiemment le dernier we pour envisager un périple en Espagne.
Hélène Verdier, l'oreille météo en alerte (merci Pascale), contactera notre petit groupe pour 3 jours à partir de la Rencluse.
Départ Vendredi 3 mai 11h de Toulouse, l'objectif étant de monter au refuge en fin d'après-midi ; nous prenons Hélène en passant à Montréjeau et rejoignons l'Hospital de Benasque départ de la montée skis aux pieds vers le refuge ; 400 m de dénivelé avalés tranquillement sou le soleil d'abord et la pluie ensuite pour arriver à temps pour le repas et la soirée diapo "narcissique" que seul un espagnol peut nous offrir.
Samedi 4 mai : Grosse journée
Départ 7h30 : nous laissons le gros des groupes se lancer à l'assaut des 750 m menant au Portillon supérieur. Il fait beau, nous avons une longue journée et notre périple doit commencer par le Pic de la Maladéta. Sergio prend la trace et progressivement nous rattrapons pas mal de monde, des raquetteurs en crampons, neige dure oblige, des skieurs et même une snowboardeuse en difficultés que Sergio, encadrant devant l'éternel, s'empressera de conseiller. Nous sommes souvent obligés de sortir de la trace massacrée par les raquettes pour se rapprocher du centre de la pente plus au soleil et donc plus souple ; une petite pause au bout de 400 m pour finalement arriver au pied du couloir accédant à la crête Nord du pic de la Maladeta vers 10h30 après 3 heures d'effort. Un rapide en-cas, crampons aux pieds nous attaquons ce petit couloir sympathique qui frôle 50 ° par endroit et débouchons sur l'arête sommitale menant au pic que nous atteindrons vers 11h. Finalement nous serons une dizaine à nous succéder sur ce sommet à 3308 m avec une vue imprenable sur la "chenille" des candidats à l'Aneto ; quelques photos, quelques regards à 360 ° pour le paysage et nous attaquons la descente pour rejoindre le couloir, plus problématique à la descente, et enfin nos skis qui nous permettront de rejoindre le Portillon Supérieur.
Un peu après celui-ci nous nous restaurons suffisamment pour prendre des forces, il est 12h45 et la journée est loin d'être terminée. En effet, il nous faut maintenant traverser le glacier et rejoindre le collado de Corones et ensuite l'Aneto. Cette traversée est longue et fastidieuse, la chaleur présente, 45 mn sont nécessaires pour atteindre le pied de la pente terminale ; ensuite les derniers 200 m sont avalés tranquillement pour atteindre l'antécime où les derniers skieurs se préparent à descendre. Bonne idée que d'avoir pris notre temps car nous serons seuls au passage du Pont de Mahomet, passage sans problème pour le groupe ; temps splendide au sommet, personne, que demander de plus ?
Il est 15h ! Il nous reste 1400 m de descente et 200 m de remontée au refuge. Nous regagnons nos skis et entamons la descente Hélène Verdier en tête nous aménageant un itinéraire engagée à la recherche de la moindre poudreuse ; cela ne durera pas très longtemps, la chaleur est très présente, la neige devient très vite lourde et difficile à skier ; néanmoins nous arrivons au Pllan d'Aguallut assez vite pour rejoindre à pousse-bâtons l'itinéraire de montée vers 17h. Plus que 200 m de remontée mais, ma foi, ce seront des mètres relativement pénibles à terminer malgré la bonne humeur du groupe. Retour 17h45 au refuge pour 10 heures de skis et + de 2000 m dans la journée !
Rafraîchissement, douche, apéro, repas et topo du lendemain avant une bonne nuit réparatrice.
Départ 8h00 : grosse flemme pour moi ce matin, le temps est incertain, nuageux et froid ; bref, la journée sera longue.  Notre petit groupe entame la remontée vers l'Ibon de la Rencluse que nous dominerons pour traverser successivement les vallons de Maladeta et Diente pour rejoindre la crête précédant la vallon d'Alba. Ensuite "Cap a mount" ou "dret dans le pentu" pour s'arrêter au pied du couloir du Cuello d'Alba, 3050 m ; conciliabule dans le froid et la brume ; finalement, François et Sergio iront avec quelques difficultés à la Dent d'Albe  3120 m, une bonne heure pour 150 m, quelques passages exposés et délicats ; les filles et moi vers le pied de la crête menant au Pic du même nom. Le temps commence à se mettre franchement au beau, le moral revient et les filles en profiteront pour gravir le Pic d'Albe 3107 m en attendant nos comparses masculins.
Regroupement pour le picnic vers 13h et descente directe dans une succession de vallons superbes à skier malgré la piètre qualité de neige  vers l'Hospital de Benasque que nous atteindrons vers 14h30.
Un petit moment pour se changer, trouver un autochtone avec des pinces à batterie pour démarrer la voiture de Sergio et nous voilà partis pour prendre un dernier rafraîchissement à Castejon de Sos ; un retour à Toulouse vers 18h45.
Ont participé à cette dernière aventure : Hélène Verdier, Hélène Cambonie, Iñès Compan, François Gélas, Sergio Florit et Phil
J'en profite pour remercier l'ensemble des encadrants et participants à toutes les sorties auxquelles j'ai participées, notamment pour m'avoir aidé et supporté ! A l'année prochaine, aussi enneigée que cette année !
Phil