Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Compte Rendu :      Ski de rando du WE 7 et 8 décembre 2013

 

Lieu :                        

Samedi 7 :              Pouyaué (2062m)

Dimanche 8:          Hourquette de Chermentas (2439m)

 

Encadrants :         Jean-philippe Albressac, Gérard Gomez

 

Participants :          Martine, Sylvie, Michèle, Caroline, Perrine, Loic, Lucien, Thierry, Nicolas, Guenael, William, Jérôme, Anselm, Johann, Jeff, 

 

A la vue des "webcams" sur l'Andorre, la technique nous apporte un soupçon de doute quant à la qualité de neige sur la contrée. Pour plus de possibilités, nous choisissons l'indétrônable luchonnais, surtout que l'enneigement y est particulièrement abondant en ce début de saison, quitte à parcourir les éternelles virées.

En arrivant sur Jurvielle, les versants raides exposés sous les vents dominants présentent de nombreuses plaques à vents et  reptations herbeuses. La Coume de Lias, initialement prévue, n'est pas au top de sa forme, surtout avec un groupe de 17 personnes...Nous optons pour le Pouyoué et son versant printanier du Turon de la Caucade.

Perrine, Anselm et Johann étant de vrais débutants, vont durant deux heures, labourer un champs de neige ensoleillé à grands coups de pelles et sondes à la recherches de signaux. Des envies de meurtre envers un loueur de matériel effleurent nos novices. Entre les fixations non réglées, l'Arva avec des piles HS , les peaux droites inadaptées et les étriers trop larges pour les skis, cela faisait beaucoup pour trois locations...

Ce n'est que vers midi, que l'appel de la "conversion" attire nos comparses vers les hautes sphères. Après quelques séances de tricotage, plus ou moins bien maîtrisés sur les premières pentes, nous posons notre derrière à deux pas de la cabane du Cap de Cueu de la Coume pour une bronzette gastronomique amplement méritée. Sur la digestion, nous filons au sommet. La lumière devient plus rasante, les teintes plus rougeâtres et il est temps de retrouver la froideur qui commence à envelopper les villages de fond de vallée. Malgré l'heure avancée, la neige est loin d'être mauvaise et tout le monde en profite un maximum, avec chacun un style différent.

Demain, après concertation, nous irons titiller les pentes Nord de la Hourquette de Chermentas.

En soirée, le gite de Gustave Beilhon est rapidement entrepris et par la même, noyé en raison d' une évacuation réticente. Loic, expert technique en bricolage en tout genre, se fait un plaisir d'expliquer par téléphone, au neveu, l'ampleur du chantier. Notre tenancier en est tout confit et s'en excuse.

Quelques heures plus tard, une "PujaToulousaine", à mille lieux des rituels exprimant la gratitude envers Bouddha ou tout autre déité, s'organise en implorant les divinités de la Peuf, autour d'un saladier copieusement garni d'offrandes liquides. La "Panzer Division", comme dirait Le Gonz, n'en croit pas leurs yeux et s'en trouve agréablement surprise. De retour à Berlin, Johann et Anselme pourront en discuter à loisir dans les cercles autorisés.

Après une petite heure de route, la remontée du vallon de Chermentas, dit aussi de Mauzaize s'avère vierge de traces de descentes, hormis sous le col. C'est avec un plaisir non contenu, que nous louvoyons dans cet espace avec pas moins de 25 cm de "légère" froide à souhait. Le retour fut du même acabit. Il n'y a qu'à regarder les faciès, fendus jusqu'aux oreilles. Les incantations de la veille y seraient-elles pour quelque chose?Quoiqu'il en soit, nous ne rencontrerons personne sur cette grande classique.

Bonnes fêtes à tous et à l'année prochaine,

Jean-phi

 

les photos:

https://picasaweb.google.com/106292017025271735782/CollectiveSkiDeRandoPouyaue2062mEtHourquetteDeChermentas2439mLeWEDu7Et8Decembre?authuser=0&authkey=Gv1sRgCP6l_4mF1dmCIg&feat=directlink