Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

HandiCaf : Ascou entre neige, glace et soleil

 

Date : 11 & 12 janvier 2014

 

Responsable : Alexandra

Bénévoles : Louise, Michel, Damien, Elisabeth, Xavier, Pierre

Participants : Louise, Nicolas B, Margot, Vivian, Julien, Emilie, Anastassia, Simon, Yoann, Camille

 

Samedi

 

Par un petit matin bruineux, nous nous retrouvons. En route vers Foix, le soleil se lève pour offrir à nos yeux éblouis (?) – ou plutôt déconfits - les magnifiques pentes des Pyrénées… vierges de toute neige. Dans le car, l’ambiance se plombe soudainement… Non, c’est pas vrai, on s’était renseignés, et il y aura tout ce qu’il faut à Ascou. Après une pause gâteau chocolat, courses, gâteau au rhum, café, gâteau au chocolat, supermarché, gâteau au rhum, nous arrivons enfin à la station. Il y fait un froid… à mettre un maillot de bain. La mode n’étant pas à l’ordre du jour, nous nous dirigeons chez le loueur (de skis, pas de maillots de bain). Les groupes faits, équipés, habillés, crèmedesolairés, lunettés et casqués, il est déjà onze heures et demi passées ! Mince… C’est déjà l’heure de l’apéro ! Et le soleil qui noie les pistes en apporte la preuve… Devrons-nous sortir les tables et le pastis ? Finalement, la mort dans l’âme, nous partons vers les premiers remonte-pentes. Ce sera bref : l’estomac reprend ses droits sur le sport, et nous nous installons dehors, au pied des pistes, pour croquer nos sandouiches à pleines dents, et malgré la mauvaise grâce d’un encadrant cinéphile : « On n’est tout de même pas venus ici pour beurrer des sandouiches ! ».

 

Le repas s’achève, en début d’après-midi, avec l’arrivée de Stéphane, le beau moniteur de ski venu tout droit de Bonastre (la station d’Ax-les-Thermes), pour… (non les filles, par pour vous) Yoann, avide de toutes les sensations que pourra lui procurer les descentes « à fond la caisse », ou plutôt, « à fond le dual-ski » ! « A fond » sera d’ailleurs bien le terme : Pierre, qui s’est proposé pour seconder Stéphane, abandonne au bout de 10 « rotations » (montée à télésiège + descente), ça va trop vite pour lui. « A fond » sera aussi le mot d’ordre de Nicolas et Simon, partis en haut des pistes rouges, et du reste du groupe, parti explorer toutes les pistes vertes et bleues. Seules Margot et Anastassia restent sur les pistes débutants, qui – grand luxe – proposent un tapi roulant remplaçant le tire-fesse : simple, sans effort, et sans danger.

 

En milieu d’après-midi survient le mélodrame ! Camille chute. Ou plutôt, s’affaisse. Pleurs, cris, sanglots longs ; la douleur semble insoutenable. Les pisteurs arrivent promptement, suivis de l’hélicoptère médicalisé du PGHM (Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne). Résultat des courses après le transport par les airs vers les Urgences de Foix, points de suspension mais pas de suture, plus de peur que de mal : Camille n’a rien et est de retour parmi nous à 20h00, au moment où nous passons à table pour le dîner.

 

La fatigue (beaucoup de pentes les unes à la suite des autres) et les émotions multiples raccourcissent la soirée déjà bien entamée. Tout le monde se rapatrie vers son dortoir et se glisse sans hésitation sous les draps. Bonne nuit…

 

Dimanche.

 

8h00 : toute la troupe est à pied d’œuvre devant le buffet du ptidéj : charcuterie, fromage, céréales, croissants, cake, et le traditionnel pain-beurre-confiture. Il est tôt pour un dimanche, mais Stéphane, notre moniteur, a donné rendez-vous à Anastassia à 9h00 pétantes, pour une heure trente complètes de sensations fortes, les fesses au raz de la piste, dans le dual-ski (voir photos). Ce sera le tour, ensuite, de Margot, suivie de Yoann, pour un dernier tour de piste. Ces trois-là (Anastassia, Margot et Yoann) arboreront une banane, un sourire d’une oreille à l’autre, qu’on leur a rarement vue, avec une Margot extatique arrivant en bas de chaque descente les bras en l’air, comme une championne du monde de descente.

 

Comme pour samedi, le reste du groupe est parti affronter, chacun à son niveau, avec bravoure et son encadrant préféré, les pistes verglacées qui ne laissent approcher que par les meilleurs. Mais heureusement, ce sont tous des graines de champion (au moins dans l’âme), et tout y va de son plus beau sourire. Après plus de trois heures d’effort, tout le monde se rejoint chez le loueur pour rendre le matériel, et partir à l’assaut du réconfort, un excellent repas servi au restaurant du gîte : tomates (de saison et de la région ???) avec mozzarella (pour rester dans la région), puis sauté de veau accompagné de petites-coques-de-froment-cuit (autrement dit des coquillettes), plateau de fromage (cette fois réellement local, de Bethmale), et double dessert : éclairs au chocolat, mais surtout trois délicieuses galettes des rois à la frangipane offertes par notre chauffeuse préférée, la ci-devant (son volant) Dominique ! On s’est ré-ga-lés !!!

 

Fin (et faim) de l’aventure pour tous nos sportifs : les bagages sont rapidement mis en soute du car, et nous voilà repartis direction Maison-sucrée-Maison.

 

Un grand merci à Louise, lycéenne de terminale à la vocation d’infirmière, qui s’est jointe à nous pour cette sortie, et s’est avérée une grande encadrante. Un autre grand Merci au plus-de-soixante-dix-ans, qui nous a prouvé que les ans n’empêchent pas d’assurer comme un pro en encadrant, accompagnant, rassurant, sécurisant nos jeunes… Enfin bon, on va pas trop le flatter, c’est son boulot de… Président du CAF de Toulouse, Xavier !

 

A très bientôt, pour de nouvelles aventures, espérons aussi bonnes : ce sera au même endroit, pour les mêmes activités tant aimées et appréciées, dès février.