Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 

La météo capricieuse ayant eu raison du projet initial « arête col d’Eriste–Espadas-Posets », nous sommes partis sur le Ramougn et avons réajusté le WE. Nous = Nathalie (M), Nathalie (G), Julien, Didier, Paul, Donnatien et Domi.

 

Sur le chemin des terrasses de Cap de Long, Nathalie et Paul s’arrêtent au pied de l’éperon Sud pour le gravir (n°59 du guide Ollivier). Ils font une reconnaissance sur ce rocher assez croulant qui d'après le topo peut servir de voie de descente rapide. Après quelques longueurs, ils décident de la redescendre.

 

Les autres continuent un peu plus loin pour se lancer vers la face Sud (voie originale, n°56 du guide Ollivier). Pour atteindre cette dernière, la remontée du névé sans crampons a été un peu délicate ; le piolet était indispensable et a permis de franchir la rimaye qui commençait à s’ouvrir. La cheminée verticale n’était pas évidente à passer sur le rocher ruisselant ; le bloc coincé et surplombant qui bouche la fin de cette cheminée est très expo avec des rochers instables et vaut plus que le «  III sup » du topo, de l’avis général. D’ailleurs une grosse pierre s’est détachée pour venir taper dans le buste de Didier qui a reculé d’un bon mètre pendu sur son relai. Heureusement, plus de peur que de mal. Pour trouver la suite de l’itinéraire, il ne faut pas se fier à la photo du topo, qui montre un cheminement au-dessus du bloc coincé partant à droite au-dessus des dalles, mais à ce qui est écrit à savoir continuer tout droit dans l’axe de la cheminée. Le grand couloir orienté Est est visible d’assez loin ce qui permet d’ajuster la trajectoire sur des gradins pour le rejoindre. Il est en rochers croulants de partout ; Sur le haut les prises sur le granit sont enfin franches. L’escalade finale sur la crête NE n’est qu’une formalité car du III sur du granit compact, là ça tient ! La redescente s’est faite en 2 rappels équipés de 50m sur la partie E qui a permis d’atteindre le sommet du névé entre la crête des Laquettes et la crête de Barris. Les crampons auraient été bien utiles pour la partie haute de ce névé. Retour au parking par le pas du Gat où Nathalie et Paul attendaient ce groupe. Nous tairons l’horaire mis pour cette course, mais de l’avis des participants cette voie serait à intégrer au « top five des pires » tant le rocher est médiocre et la protection difficile dans les parties délicates. Matériel par cordée : Un jeu de friends (0.3, 0.5, 0.75, 1, 2 - doubler le 0.3 et 0.5 serait bien), 4 sangles 120, 4 dégaines à rallonge, piolet, corde 2x50. 3 pitons vus dans la voie.

 

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm; mso-para-margin-bottom:10.0pt; mso-para-margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-fareast-language:EN-US;}