Participants : Philippe, Remi, Christophe, Christophe, Camille, Pierre, Jordan et Laurent.

À ma grande surprise, on se retrouve à 8 au départ du petit village Le Pont dans la vallée du Biros en Ariège.

Je ne pensais pas qu'une sortie aussi sportive pouvait attirer autant de monde !

Après les consignes habituelles (portable allumé, rythme adapté à chacun) nous voici partis pour 1200 mètres de dénivelé positif jusqu'aux anciens baraquements de la mine de Bentaillou.

Après avoir emprunté une route sur 4 kilomètres, nous prenons l’ancien chemin de la mine.

Des panneaux nous relatent l’histoire de la mine qui a fonctionné de 1848 à 1963.

Puis s’ensuit une longue montée avec 30 lacets (si, si, si !) jusqu’aux baraquements de la mine.

Les jambes sont lourdes et le moral en prend un coup… (mais qu’est-ce que je fais là ?).

Des pauses sont nécessaires pour reposer les jambes et reprendre le souffle.

Heureusement, la météo est parfaite et les paysages sont magnifiques durant la montée.

C’est avec un grand soulagement que l’on arrive aux bâtiments en partie abandonnés.

Le site est austère et rempli d’histoire.

On en profite pour visiter les vieilles maisons et machines.

On essaie d’imaginer le dur labeur des mineurs travaillant sur place.

Un refuge EDF et un bâtiment avec un point d’eau sont restaurés sur le site.

Une pause pique-nique bien méritée puis on enchaine avec le portage du VTT sur 300m de dénivelé.

Après avoir montré la méthode de portage sur le sac avec une pompe à vélo (si c’est possible !), nous voilà repartis pour environ 1 heure de montée.

Les jambes souffrent de cet effort supplémentaire mais on tient bon en serrant les dents.

Enfin arrivé au point culminant de la sortie, on savoure d’être arrivé et on profite du panorama grandiose avec les sommets enneigés et l’étang d’Araing.

Maintenant, on va pouvoir descendre et s’éclater sur les singles.

C'est vite dit !

Etant en montagne, les singles sont entrecoupés de passage rocheux où il faut soit bien maitriser soit descendre du vélo…

A partir de l’étang, on doit descendre à pied car le sentier est trop risqué à vélo.

Plus bas, on retrouve la forêt et un sentier adapté au vélo où l’on s’amuse dans les feuilles d’automne.

On passe à la chapelle de l’Izart et on continue de rouler sur un joli itinéraire jusqu’au parking.

Tout le monde est fatigué et content de la belle journée qui restera gravé dans les mémoires.

Cela a donné envie à certains de faire plus de vélo de montagne.

Activité exigeante mais tellement réjouissante quand cela se passe bien.

Bonne semaine,

Laurent

https://photos.app.goo.gl/7kedgsoER937DwEAA