Logo du site

Webcam - Pic du midi

Webcam pic du midi

HandiCaf : Du kayak à la cueillette des champignons

HandiCaf : Du kayak à la cueillette des champignons

 

 

Date : 13 et 14 juillet 2013

Responsable : Alexandra Genesty

Participants : Linekay, Mathieu, Timothée, Emilie, Olivier, Benoît, Walter, Célia, Margot, Nicolas B et Cécile

Bénévoles : Philippe et Suzanne, Ilona, Anne-Marie et Xavier, Philippe

 

Samedi :

Pour ce week-end pas de bus, mais deux minibus prêtés par l’association UMEN et France Télécom. Les toulousains sont tous là, il ne nous manque que les montalbanais à récupérer au péage de Montauban.

A 10h, le groupe est complet, en route pour la base nautique Acti Eaux Vives à Saint-Antonin Noble Val où nous attendent Fred et Léo pour notre après-midi kayac. Nous y arrivons pour assister à quelques mises à l’eau façon immersion totale avant le pique-nique ! Nous rigolons, mais quel sera notre sort ???

Habillés et équipés de nos gilets, le premier groupe « Les pagaies agiles » se lance avec Emilie et Nico chacun dans un kayac, Mathieu et Timothée qui font équipe, Célia avec Ilona, Cécile avec Xavier et Margot avec Léo.

C’est au tour du groupe « les pagaies tranquilles » de s’élancer avec en premier Benoît avec Suzanne (qui ne sais pas encore se qui l’attend !), Linekay et Anne-Marie, Olivier et Moi et pour fermer la marche Walter et Fred.

Les deux groupes se rejoignent pour faire un bout de chemin ensemble. Dès le début, Benoît n’a qu’une seule idée, se mettre à l’eau, mais Suzanne veille et pagaie pour deux, Linekay quand à elle a peur de mouiller la pagaie, Walter essaie de se diriger grâce à Fred et Olivier prend la température de l’eau avec sa main.

Nous pagayons de consert avec les pagaies agiles qui eux aussi ont leur lot de bonnes rigolades avec Timothée et Mathieu qui décident de faire de l’élagage sur les rives, Cécile qui contre-pagaie avec Xavier, Margot et son jeux de pagaie qui manque de m’assommer…

A chacun sa technique, le principal est d’avancer même en marche arrière !

Après une heure d’effort et d’arrosage, nous arrivons au premier rapide, passé les doigts dans le nez (enfin pour ceux qui ne pagaient pas !) A chacun sa manière, celle d’Olivier ? En marche arrière, LE GRAND FRISSON !

Nous laissons les pagaies agiles, continuer leur chemin pour faire la pose barbotage tant attendue pour le plus grand bonheur de Benoît et Olivier. Linekay préfère les berges pendant que Walter s’exerce seul dans un kayak avec Philippe pour le guider.

Les pagaies agiles quant à elles glisse vers d’autres rapides avec leur lot de rigolade, de jardinage et d’échouage !

De retour sur la base, nous avons juste le temps de nous changer que nous sommes déjà attendus au gîte de Fonbonne.

Les estomacs crient famine, la table est mise dehors et une salade de tomates nous y attend. Elle est suivie par une daube en sauce accompagnée de riz et pour dessert un pêche melba.

A 22h les yeux commencent à cligner. Chut ça dort…


Dimanche : 

Six heure du matin, le silence règne hormis le croassement des grenouilles de la mare que nous surplombons. J’en profite pour faire un petit repérage de notre rando. Xavier lui part à la cueillette des champignons et nous ramène deux cèpes qui sont très vite engloutis sans autre forme par Philippe et moi entre deux tartines de pain grillé. Le silence est rompu par les premiers levés qui sont suivis de près par le reste du groupe.

 

Efficaces à fond, le gîte est libre de tout sac à 9h30 soit 30 minutes avant l’heure demandée. Félicitations.

Chaussures aux pieds et hippocampe sous les fesses pour Olivier nous attaquons avec beaucoup d’énergie le chemin qui va nous mener… Vite un GPS, une carte. On est déjà perdus ? Bah oui sinon se ne serait pas un week-end HandiCaf !

Nous avançons tête baissée, passant des murets qui deviennent dans le récit des murs, des ornières boueuses qui se transforment en étangs remplis de requins…. Bref c’est l’aventure entre les tours, les demi-tours et les retours.

Nous arrivons fourbus au gîte pour un pique-nique plus que mérité avant notre retour sur Toulouse pleins de courbatures (là je parle pour moi !).

 

Un grand merci particulier à Fred et Léo qui ont permis au groupe de cet après-midi kayac, un moment inoubliable sans barrière.

 Alex