Date : 22 et 23 juin 2019

Responsable : Alexandra Genesty

Bénévoles : Lola et Michel

Participants : Nicolas W., Simon, Benjamin, Yohan H., Fabien et Nicolas B.

 

Samedi

C'est à 8h que nous nous retrouvons aux Argoulets pour vivre des aventures hors du commun en pays extraterrestre de bugarach. Après l'autoroute et un arrêt à Limoux pour le petit dèj, nous attaquons les nombreux virages qui nous mènent après quelques coups de klaxonnes sur le parking des gorges de Galamus. Mais avant ça, petite frayeur avant d'entrer dans les gorges, notre camion serait trop haut ??? Michel psychote sur la hauteur du camion. Ouf, il confond juste hauteur et largeur... Aaahhh l'âge... 
 
C'est pas tout mais les émotions creusent... Et cet après-midi nous allons en avoir. C'est avec de grands sourires que le groupe accueille Vincent que nous connaissont depuis... pouf... 
 
Le premier sport de l'après-midi est l'enfilage des combis... "Pourquoi ta combi est à l'envers ?", "Bah j'allais pas la retourner quand même...", "Bah si !", "j'arrive pas à respirer", "bah respire par la bouche", "les chaussettes je les mets aux pieds ???", "nan nan sur les oreilles...",... 
Afin de nous échauffer, nous débutons sur le goudron chaud de la route pour rejoindre le chemin qui nous mène tout droit aux eaux chaudes et bleues du fond des gorges. Le temps de finir de s'équiper, deux groupes nous sont passés devant. Ca en fait du monde.... Nous nous attendions à des eaux gelées mais bonne surprise l'eau est à température ambiant... enfin avec nos combis de 5mm d'épaisseur.
 
Pour ce canyon pas de rappel ni de tyrolienne mais quelques sauts, toboggans et passages à la nage. Pour des sportifs comme vous, vous direz nous, rien de plus facile. Nous sommes bien d'accord mais c'est sans compter quelques glissades, saut d'au moins 10m (je vous l'accorde il n'y avait que 5m), les toboggans sous les cascades, la tête en bas, les bassins profonds de 5 cm, le genou douloureux de Michel, les doigts en vrac d'Alex, l'eau dans les oreilles de Lola. Enfin vous l'aurez compris, heureusement que vos enfants étaient là pour nous ramenez au véhicule. Nous ramener, oui... mais après quel cinéma... "j'y arrive pas", "ça glisse", "mais pourquoi on remonte", "je suis fatigué", "j'ai chaud",... 
Heureusement pour nous une dame en rose penchée délicatement au dessus du muret qui surplombe le chemin motive la troupe, enfin Nico W et Yohan et peut-être bien Michel.
 
Pour le déshabillage, vous reprenez le même sketch qu'au début mais en rembobinant. Exténués après 4h30 de canyon, nous quittons Vincent et ça voiture qui ne veut pas démarrer pour rejoindre le camping des randonneurs. Canyon... check. Montage de tente... oups... 
 
"Mais pousse je te dis !", "Nan la tu tire !", "et ça je le mets où", "c'est une sardine...,"ah bon où ça???", "on rentre comment dedans ???". 20h30 les 5 tentes sont montées. Il ne reste plus qu'à manger. Devant les yeux de chiens battus de Nicolas B et W, Simon, Benjamin et Michel, j'ai craqué. Ils ont leur bière... 
 
Les dents, pipi et au lit à 22h15. Il ne reste plus qu'à faire le compte-rendu. 
 
 
Dimanche
 
7h30 les tentes s'ouvrent avec plus ou moins de difficultés... Nous prenons la décision de laisser les tentes sur place le temps de l'activité pour qu'elles sèchent. Nous reviendrons peut-être les rechercher si tout va bien. Vicent arrive pour partager un jus d'orange avec nous et en route pour la via ferrata de Saint Paul. Là encore il faut s'équiper et parcourir 50 m de dénivelé pour arriver au pied de la via. Lola, Simon, Nico B. et Benjamin ouvrent la voie. Suivi un peu plus loin d'Alex, Nico W et Fabien, suivis eux-même par Vincent, Yohan et Michel. C'est un début technque comme pour nous préparer aux difficultés à venir. Echelles en surplombs, passages de crêtes, échelles en dévers et descente en roue libre.
 
Sous une chaleur accablante nous terminons les quelques mètres qui nous séparent du camion. Les estomacs criant famine, nous disons au revoir à Vincent et retournons au camping sous l'ombre généreuse de ses sapins pour le picnic et le démontage des tentes.
 
A peine dans le camion que tout le monde dors sauf Michel qui conduit, Lola au clavier et moi à la dictée.
 
Rendez-vous à 18h aux Argoulets.