Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Compte rendu de Nicolas & Marc lors de la sortie au MontFaucon et CosteOuillère 16/17/03/2014:

----


Le rendez-vous était fixé à Portet à 6h30 samedi matin. Après une panne de batterie sans conséquence, nous voilà parti rejoindre la station de ski de fond de Payolle dans la vallée de la Mongie. Arrivé au parking (1142m), on fait les sacs et on commence la montée en direction des cabanes de Camoudiet par la route encore enneigée. Les affaires pour les deux jours de rando pèsent et on finit par faire glisser les planches en mode traineau accrochées aux sacs. On pose le matériel de bivouac à la cabane (1438m) en on commence la montée vers le Soum de Coste Ouillère. La neige porte bien. La montée est  relativement facile.Le temps nous permet un arrêt pique-nique dans le vallon aux alentours de 2200m. Ensuite, on décide d’aller au sommet en fond de vallon à 2518m plutôt que le Coste Ouillère et ainsi profiter de la pente exposée Nord.On arrive à l’objectif vers 13h30. Belle vue sur le Pic du Midi ainsi que le Mont Faucon, objectif du lendemain. A la descente, la neige est très correcte sur le haut puis un peu plus dure sur le bas dans les zones à l’ombre.De retour à la cabane, on s’organise pour la soirée : corvée d’eau, de bois pour la cheminée et organisation du logis. Au menu : Pastis, vin rouge, Génépi et coquillettes 3minutes. Puis, soirée au coin du feu avant d’aller prendre un repos bien mérité.

 


Quelques photos en plus : https://plus.google.com/photos/108520497418344910057/albums/5992950294130013441?authkey=CKHo4O6Fpa7E8gE

 

-----

 

Dimanche matin, après une nuit moins difficile que prévue grâce à la douceur et à la cheminée de la cabane - j'aurais rarement eu aussi chaud en mars, le ciel fait mine d'être bouché un quart d'heure puis se dégage.Après un bon petit déjeuner, départ 8h, au début on a un peu peur: la neige n'a pas gelé la nuit, elle est encore molle à 1400m et on s'enfonce pas mal. Heureusement, ça ne dure que 200m, ensuite elle porte bien et il n'y a plus que quelques passages ou on laboure un peu.Par rapport à la veille, on prend à gauche de l'arête, dans un vallon assez limpide, il n'y a qu'a choisir entre la gauche ou la droite de quelque bosses ou replats et de ne pas tomber dans le petit lac d'Arou! La progression avance bien, quelque murs mais pas vraiment longs, on se relaie sans se cramer. Le temps est splendide, Le T-shirt seul est déjà trop chaud, on se croirait en juillet : d'ailleurs l'isotherme 0°C est prévu à 3500m.En arrivant au pied du couloir final, plein ouest, le vent fraichit et se couvrir n'est pas de trop. on chausse les crampons quand la pente se raidit franchement, un peu après 2400m. Les 300 dernières mètres jusqu'au sommet se font dans les pas de greg, dans le couloir gauche assez exposé, à 40° quasiment tout du long. la neige est franchement dure par endroit et il n'y a que sur la deuxième partie, plus haute et nord-ouest qu'elle est restée à peu près fraiche.Le sommet atteint vers 12h nous récompense largement, le panorama est absolument splendide, la visibilité excellente. La face ouest de l'Arbizon est à portée de main, les sommets de la crête frontière visibles loin, on distingue facilement Gavarnie, et on est à la hauteur du pic du midi qui garde la vallée. Le vent étant un peu tombé, on peut profiter du sommet pour pique niquer.Quelque autres randonneurs nous ont poursuivi, certains étaient partis dans l'autre vallon en direction de la face nord, rocheuse, de l'Arbizon, d'autres avec le même but que nous. Un d'entre eux nous suivra en crampons dans le couloir et remerciera Greg de ses traces, mais les autres montent par la voie moins exposée à droite et n'auront pas été dans le couloir à la montée afin de le reconnaitre pour le descendre.On a le choix entre ces deux solutions pour repartir, et Greg nous demande si on se sent à l'aise pour descendre le couloir. Comme on l'a vu à la montée, on sait à quoi s'attendre. On est partant, en se disant qu'au pire on le fera en dérapage. Bien nous en a pris, au début la neige était encore fraiche, puis la partie plus dure s'était transformée au soleil et était excellente, surtout dans la partie près des roches, avec le plus de pente.La suite de la descente, bien que sans le raide, était encore très bonne : des petits vallons et une neige crémeuse à souhait quasiment jusqu'à la fin. Pour s'éviter une traversée, on est descendus un peu plus bas à coté d'un enclos au point 1745 et on a marché quelque minutes pour revenir au dessus de la cabane. Une dernière descente dans le clapot et on est arrivés, on a rempaqueté nos sacs et passé un coup de balai dans la cabane, et on a descendu le chemin d'accès sur les planches, en poussant sur les bâtons pour la moitié du chemin.Retour à la civilisation au plateau de Payolle, sortie dominicale avec des gens partout, ça fait un peu bizarre. J'ai payé mon demi pour me faire pardonner d'avoir été un boulet au départ samedi, et une vraie bière fraiche en terrasse après tout ça, c'est royal.Merci encore à Greg pour nous avoir emmené dans un si bel endroit et à Nico pour avoir été un super camarade!photos et carte avec la trace :


https://plus.google.com/u/0/photos/102398883244539567497/albums/5991442756025552497

trace GPS:
https://maps.google.fr/maps/ms?msid=204049867764868271604.0004f4bfc002b96168777&msa=0

 

NB: j'ai oublié une lampe torche dans la cabane, pendue à un fil. Elle sera peut être encore là la prochaine fois que vous passerez, conservez-là! (elle est un peu bizarre, elle emploie un accu au lithium 18650, mais elle est puissante et dure longtemps)